Cie Les Âmes Nocturnes (Le Shlemil Théâtre) Cécile Roussat & Julien Lubek+33 6 81 64 32 30
info@shlemiltheatre.com

Cie Les Âmes Nocturnes (Le Shlemil Théâtre)

Barbe Bleue

Opéra comique d’André Ernest Grétry sur un livret de Michel-Jean Sedaine | coproduction Orkester Nord – Trondheim Barokk & Centre de Musique Baroque de Versailles | production déléguée Shlemil Théâtre

Mise en scène, scénographie, costumes, lumières Cécile Roussat & Julien Lubek

 

direction musicale Martin Wahlberg | conseiller artistique Benoît Dratwicki | réalisation costumes Max Rapetti-Maus, Romane Dupont, Romain Marciniak assistés de Alexandra Boso Zarazik et Alexandre Lomov | réalisation décor Atelier Förma | maquillages Pascale Kouba

chanteurs solistes Chantal Santon, François Rougier, Matthieu Lécroart, Manuel Nuñez Camelino, Eugénie Lefebvre, Marine Lafdal-Franc, Enguerrand de Hys, Jérôme Boutiller | comédien Alex Sander Dos Santos | contorsionniste Adèle Alaguette | enfant Désiré Lubek

Création au Trøndelag Theater, Trondheim, Norvège, le 14 novembre 2018

 

Pour la mise en scène, le CMBV a fait le choix de la franche comédie et du spectaculaire. Cécile Roussat et Julien Lubek se sont notamment distingués par une vision assez originale de Didon et Enée. On retrouve ici leur goût pour le cirque, la magie et la fantasmagorie, avec un résultat où l’humour est constamment présent. Les deux frères d’Isaure sont des fantoches grotesques, le travestissement de Vergi en Anne est traité sur un mode franchement cocasse, tandis qu’Osman, serviteur de Barbe-Bleue, devient une sorte de tapis animé, source d’effets comiques assez irrésistibles. Son maître, en revanche, est un Nosferatu inquiétant, sans un seul poil au menton, mais escorté de créatures mi-sinistres, mi-ridicules, sortes de vautours humains. Le divertissement offert à Isaure à la fin du deuxième acte, avec ses personnages à tête d’animaux tout droit sortis des gravures de Granville, est un pur ravissement. Et le drame reprend ses droits au dernier acte, même si la fin heureuse de rigueur ne fait aucun doute. (…) Espérons que quelques théâtres français auront la bonne idée d’accueillir cette production, dont une reprise s’impose.
Forum Opera, novembre 2018

The production by Julien Lubek and Cécile Roussat emphasised the comical aspects, setting the story in fairytale Middle Ages. Two minor characters, the peasants Jeanne and Jacques, were performed by two puppets animated by actors, and engaged in several comical exchanges in Norwegian; hilarity ensued among the audience. Circus elements and situations were often employed: contortionists, aerial ribbon artists, wild animals, and even a full levitation trick performed on stage, during one of the most beautiful ensembles, with Raoul as the magician, and Isaure (his wife) on the table. The discovery of Bluebeard’s dead wives turned into a ghoulish splatter scene with a comical twist: the three ghosts came forward, one holding her own head, another sawn in two, and the third looking like a zombie. In a succesful twist of the plot, Bluebeard at the end is killed by one of the dead wives’ ghosts, who sucks his soul out of him with a last kiss. The costumes (also by Roussat) were imaginative, and the lighting (by Lubek) brilliantly enhanced the scene.
Backtrack.com, 18 novembre 2018