Cie Les Âmes Nocturnes (Le Shlemil Théâtre) Cécile Roussat & Julien Lubek+33 6 81 64 32 30
info@shlemiltheatre.com

Cie Les Âmes Nocturnes (Le Shlemil Théâtre)

Au Bonheur des Vivants

Spectacle clownesque d’illusion poétique

conception, mise en scène et interprétation Julien Lubek & Cécile Roussat |manipulation et régie plateau Aurélie Lepoutre, Sayaka Kasuya ou Adèle Alaguette|montage son Mathieu Ply|régie lumière et son Cyprien Résseguier|production Cie Les Âmes Nocturnes|coproduction Les Théâtres Charenton Saint-Maurice (94)| aide à la création SPEDIDAM | accueil en résidence Le théâtre des 2 Rives à Charenton (94), la Palène à Rouillac (16), le Chapiteau Méli-Mélo à Versailles (78), la Vence Scène à Saint-Égrève (38), la commune de La Celle Les Bordes (78) Lubek

Création le 6 février 2016 à Saint-Egrève (38) |pour tout public / durée : 1 h 10

Après Les Âmes Nocturnes… un 2ème Opus.
En 2008, Cécile Roussat & Julien Lubek créent Les Âmes Nocturnes. Un spectacle inclassable: poétique, féerique, pétri d’humour absurde, il mêle avec joie et nostalgie l’art du mime, le clown, le théâtre d’objet, l’acrobatie, l’illusion, tissés d’un univers musical original.1h15 durant, on suit la folle nuit d’un couple de personnages à travers leurs rêves et leurs cauchemars. Quelque part entre Buster Keaton, les Enfants Terribles de Cocteau, et Little Nemo, du dessinateur Windsor McCay, ils évoluent avec légèreté dans un univers onirique et ironique en incessante métamorphose.
Ce spectacle a voyagé à travers le monde pendant 8 ans et plus de 200 représentations. Son succès et la complicité grandissante avec le public ont amené les deux artistes à créer un second opus, poursuivant l’exploration de leur vision faussement naïve du monde.

« Du grand art distillé par deux disciples du Mime Marceau. Du mime, mais pas que… pour le plus grand bonheur des spectateurs du Off. Après leur énorme succès depuis plusieurs années, en Avignon, ce duo nous offre cette fois un nouveau spectacle tout aussi loufoque et poétique que le précédent, « les âmes nocturnes », qui reste vif dans nos mémoires de festivaliers. La gageure était d’arriver à se renouveler, Cécile Roussat et Julien Lubek y parviennent avec une élégance qui nous subjugue. Ce couple hors-norme nous entraîne dans sa vision d’un univers qui n’appartient qu’à eux et dans lequel, d’une façon magique, la pesanteur, même, n’existe plus. Nous flottons comme une bulle dans un rêve éveillé.
Venez applaudir aux Lucioles ce couple fantasque qui sait, avec grâce, faire jaillir le rire des situations les plus absurdes. Du grand art distillé par ces élèves et disciples du mime Marceau. A voir absolument. »
La Provence,22 juillet 2016

Cécile Roussat et Julien Lubek reviennent à Avignon avec leur nouveau spectacle Au Bonheur des Vivants. Après le sublime Les Âmes nocturnes présenté au OFF 2009, le jeune couple relève le défi d’un deuxième opus tout aussi fascinant.
Note de la rédaction : ★★★★★
Bonheurs…
Formés auprès de Marcel Marceau et au Centre national des Arts du Cirque, Cécile Roussat et Julien Lubek mélangent mime, acrobatie et illusions avec beaucoup de fantaisie et d’ambition. Embarqués dans l’étrange quotidien des vivants, assistant aux premiers pas de l’Homme sur la Lune, confrontés au mythe du Père Noël ou encore à l’aventure de la naissance d’un enfant, s’amusant des moments de vie d’un couple pas banal, les deux artistes font voyager le spectateur dans un univers qui leur est propre, aux frontières entre Tim Burton, Chaplin ou Fritz Lang.
Enchainant les tableaux insolites, mêlant la poésie, la cruauté et le rire, les deux clowns ouvrent la porte de l’enfance, trifouillant au plus profond de l’âme humaine. Les corps se disloquent, s’effacent et se débattent face à des objets animés qui se rebellent. Suggérant l’absurdité et la futilité de nos existences dans un songe à demi-éveillé, les personnages se cherchent et se trouvent avec beaucoup de tendresse et un brin de cynisme.
Terriblement drôle, surprenant, inventif et émouvant, ce troublant voyage au plus près des vivants ne vous laissera pas indemnes. Présentée en matinée au Théâtre des Lucioles, cette petite bulle de poésie vous suivra de près tout au long de la journée…Et même au-delà.
Et si l’univers théâtral de ces deux phénomènes vous plaît, sachez qu’ils sont souvent sollicités par de grands noms de la mise en scène pour la création de séquences visuelles ainsi que par les grands opéras d’ici et d’ailleurs où ils créent à foison: mise en scène, chorégraphie, scénographie, décors et costumes…
Toutelaculture.com, 20 juillet 2016

Un engagement…poétique!

« La création de quelque chose de nouveau ne se fait pas par l’intellect, mais par l’instinct de jeu découlant d’une nécessité intérieure. L’esprit créatif joue avec les objets qu’il aime. » Carl Gustav Jung
Des objets qui s’animent, une pesanteur évanouie, l’absurdité poétique du quotidien, un univers fantasmagorique d’où tout s’échappe… C’est leur façon de parler de cette folie qu’est la vie. Le travail de Roussat & Lubek repose sur un engagement poétique. Ils touchent le public en un point universel, celui du silence de la nuit. A la frontière entre le confort de l’abandon dans l’intimité, et la peur de l’inconnu et les fantasmes qu’elle fait naître. Ils écrivent et mettent en scène avec des images, familières mais toujours décalées, douces mais impertinentes, accessibles à tous mais chargées de plusieurs degrés de lecture. Pour Au Bonheur des Vivants, ils s’inspirent autant de Gaston Lagaffe que de Magritte, de la Famille Addams que de Murnau, Marcel Aymé ou encore Fritz Lang.
Après 7 années à diriger d’autres artistes (chanteurs d’opéras, artistes de cirque de renommée internationale…), Roussat & Lubek retournent, chargés de ces rencontres, à la simplicité de leur relation duelle et à leurs propres compétences : jeu burlesque, théâtre corporel, musique, manipulation d’objet, travail d’illusion…. Pour écrire, avec la sincérité du clown et la grâce du mime, une fable visuelle et féerique aux allures de rêve éveillé, parsemée comme notre quotidien, d’obstacles insignifiants et de moments de grâce, qui raconte l’Enchantement du vivant. Ainsi, les thèmes qui traversent ce spectacle sont multiples : l’ennui, l’attente, le désir contrarié, l’imprévisibilité, le mensonge, la peur de l’autre… Et viennent tous rappeler, comme le dit le titre, que ce sont bien tous ces obstacles à contourner, et non l’objectif jamais atteint, qui constituent l’essence… de la Vie !