Cie Les Âmes Nocturnes (Le Shlemil Théâtre) Cécile Roussat & Julien Lubek+33 6 81 64 32 30
info@shlemiltheatre.com

Cie Les Âmes Nocturnes (Le Shlemil Théâtre)

Le Mariage Secret

Opéra en deux actes de D. Cimarosa sur un livret de G. Bertati | production Philharmonie de Paris et Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris

mise en scène, scénographie, costumes, lumières Cécile Roussat & Julien Lubek |

direction musicale Patrick Davin

Création: 3 mars 2017

Costumiers réalisateurs Sonia Bosc, Stéphane Puault et Sylvie Martin-Hyszka
En partenariat avec le Lycée Jules Verne de Sartrouville et l’Ecole ITM – Institut Technique du Maquillage

Lien vidéo Acte I
Lien vidéo Acte II

 

 

 

 

 

La critique

Il faut saluer le travail extraordinaire des metteurs en scène, scénographes et costumiers Cécile Roussat et Julien Lubek (dont nous avions récemment apprécié le talent dans Didon et Énée à l’Opéra de Rouen), qui a largement contribué à la réussite de ce projet. La mise en scène est foisonnante, énergique, burlesque et poétique à la fois. Olyrix, le 11/03/2017

Le spectacle s’adjoint un rôle muet interprété par Alex Sander Dos Santos. Ce dernier apporte une touche de fantaisie constante autour d’interventions décalées à la manière du Puck du Songe d’une nuit d’été. Sa présence résume bien l’esprit de cette production délirante confiée à Cécile Roussat et Julien Lubek, qui assurent tous deux la mise en scène, la scénographie, les costumes et les lumières – rien que ça! Un peu à la manière de l’excellente production du Roi Pasteur au Châtelet en 2015, leur travail truffé de détails fait preuve d’une inventivité admirable qui pourra dérouter les générations plus âgées, confrontées à un univers rocambolesque et déjanté. Evoluant dans un décor baroque et morbide teinté d’éclairages expressionnistes finement ciselés, les personnages, vêtus de costumes originaux, évoquent autant la famille Adams qu’une basse-cour d’opérette. Le rythme se montre parfaitement soutenu par la maestria des idées comiques qui se succèdent à un rythme effréné, de l’introduction d’un gyropode à l’apparition de lapereaux apeurés, en passant par la tête du barbon transportée facétieusement sur un plateau surmonté d’une cloche en métal. ConcertoNet.com